Accueil | Lombalgie et lombalgie chronique | Histoire d'une lombalgie chronique invalidante | Journal | Témoignages |

Documents, Bibliographie, Sites | Vie pratique | Réponses à vos questions


Documents | Bibliographie | Sites


 

Documents, Bibliographie, Sites (Liens Internet)

 

 

 Documents

 

La vie des lombalgiques chroniques

Résumé d'article provenant de Medline (http://www.ncbi.nlm.nih.gov)

Tidsskr Nor Laegeforen 1999 Apr 30;119(11):1624-9

[The pain takes hold of life. A qualitative study of how patients with chronic back pain experience and cope with their life situation].
[Article in Norwegian]

Abyholm AS, Hjortdahl P

Institutt for allmennmedisin, Universitetet i Oslo.

Living with daily pain during a long period of time is a considerable strain which affects many aspects of life. The aim of this study was to explore the experiences and coping strategies of patients with chronic low back pain. A strategic sample of 22 patients with chronic low back pain were interviewed according to a semistructured qualitative method: 14 women and eight men, with a mean age of 46 and a mean duration of illness of 15 years. 18 had been treated with low back surgery. All patients had pain every day. 19 were never without pain. They reported disturbed sleep, irritable mood and depression; 15 had thought of suicide. They felt constantly worn out. The pain influenced their everyday life and their total situation. The lives of patients with intermittent daily pain were less affected. The patients were asked what advice they would give to others in a similar situation. Their main point was not to give up, to focus less on the pain and the limitations and more on everything that could bring dedication and joy to everyday life.

Traduction:

Auteurs de l'article: Abyholm AS, Hjortdahl P, Université d'Oslo, Institut de médecine générale.

Article paru le 30 avril 1999 dans la revue norvégienne Tidsskr Nor Laegeforen, pages 1624-29.

Titre de l'article: " Lorsque la douleur s'empare de la vie. Etude qualitative concernant le vécu des patients atteints de lombalgie chronique et la manière dont ils font face à la situation"

Résumé de l'article:

Vivre quotidiennement avec la douleur pendant très longtemps est une épreuve considérable qui affecte de nombreux aspects de la vie. Le but de cette étude était d'explorer le vécu et les stratégies mises en place par ces lombalgiques chroniques pour faire face.Un échantillon représentatif de 22 patients atteints de lombalgie chronique a été interrogé selon une méthode qualitative semistructurée: 14 femmes et 8 hommes avec un âge moyen de 46 ans et une durée moyenne de maladie de 15 années. 18 avaient été traités par chirurgie lombaire. Tous les patients souffraient quotidiennement. 19 souffraient sans interruption. Ils parlaient de sommeil perturbé, d'humeur irritable et de dépression. 15 avaient des pensées suicidaires. Ils se sentaient constamment épuisés. La douleur influait sur leur vie quotidienne et leur situation tout entière. La vie des patients souffrant chaque jour, mais de façon intermittente était moins affectée. On a demandé aux patients quel conseil ils pourraient donner à ceux qui se trouvent dans une situation similaire. Le point essentiel était de ne pas baisser les bras, de moins concentrer son attention sur sa douleur et ses propres limites, et de la porter davantage sur chaque chose susceptible d'apporter une occupation et des plaisirs dans la vie quotidienne.

 

A propos des centres anti-douleur:

AUQUIER (Louis). ARTHUIS (Michel). - Les Avancées dans le domaine de la douleur et leur traitement chez l'adulte et l'enfant. Rapport de l'Académie nationale de médecine, Mars 2001.
Ce rapport souligne à deux reprises la difficulté du traitement de la douleur dans les états lombalgiques prolongés. Son évaluation des "Centres de la douleur", basée sur une étude danoise récente, est particulièrement intéressante. En conclusion, les auteurs du rapport s'interrogent sur la pérennité de ces centres, soulignent l'importance de l'enseignement aux étudiants et celle de la formation continue, et considèrent comme indispensable le développement de "Centres de recherche" dans le domaine de la douleur.


La Science du dos en 2001:

Extrait de l'Avant-propos de l'ouvrage de Jean-Yves MAIGNE: Soulager le mal de dos - Paris, Masson, 2001:

"La douleur vertébrale occupe une place particulière en médecine. Imaginons deux patients avec, au départ, la même lombalgie. Leur parcours risque d'être bien différent. Les diagnostics posés d'un praticien à l'autre seront souvent discordants, comme les examens prescrits, les conseils donnés, les traitements proposés (...) Une telle situation, inimaginable pour n'importe quel autre organe ou région anatomique, est la règle pour le dos.
Pourquoi en sommes-nous encore là?
La science du dos est une science jeune, qui n'a même pas de nom. Rhumatologie, médecine physique, médecine manuelle-ostéopathie, orthopédie, le mot "vertébral" n'apparaît dans aucune des spécialités ou compétences concernées (...)
Au cours des études médicales la pathologie du rachis est, sinon ignorée, du moins peu enseignée... La douleur lombaire, à la fois si fréquente, si complexe et parfois si grave (...) est qualifiée de "lombalgie banale"( ...)
La pathologie vertébrale est une discipline ingrate au premier abord. La symptomatologie est assez monomorphe ("j'ai mal au dos") et les examens complémentaires n'aident que médiocrement: ils ne montrent en général que des anomalies non-spécifiques... La raison est que la lésion causale leur échappe et que les faux positifs et les faux négatifs sont innombrables (...)
Nombre de problèmes restent encore en suspens... souvent la recherche fait fausse route (...)
Sur la chirurgie, on ne sait toujours pas si l'arthrodèse lombaire sert à quelque chose, malgré 30 ans de pratique. Et qui connaît l'indication des AINS devant une lombalgie?"

Ce livre de J.-Y. Maigne a été écrit à l'intention des médecins généralistes. C'est une tentative de clarification des causes de la pathologie du dos, et des traitements actuellement proposés.

Si, dans l'avant-propos, l'arthrodèse lombaire semble réfutée, elle est pourtant préconisée dans la suite del'ouvrage, lorsque les traitements conservateurs ont échoué (instabilité vertébrale avérée, dégénérescence discale majeure, spondylolisthésis par lyse isthmique).

 

Retour haut de page

 

L'hypnose

Résumé d'article provenant de Medline

Int J Clin Exp Hypn 1998 Jan;46(1):92-132 Related Articles, Books, LinkOut
Hypnotic analgesia: 1. Somatosensory event-related potential changes to noxious stimuli and 2. Transfer learning to reduce chronic low back pain.
Crawford HJ, Knebel T, Kaplan L, Vendemia JM, Xie M, Jamison S, Pribram KH.
Department of Psychology, Virginia Polytechnic Institute and State University, Blacksburg 94061-0436, USA. hjc@vt.edu

Fifteen adults with chronic low back pain (M = 4 years), age 18 to 43 years (M = 29 years), participated. All but one were moderately to highly hypnotizable (M = 7.87; modified 11-point Stanford Hypnotic Susceptibility Scale, Form C [Weitzenhoffer & Hilgard, 1962]), and significantly reduced pain perception following hypnotic analgesia instructions during cold-pressor pain training. In Part 1, somatosensory event-related potential correlates of noxious electrical stimulation were evaluated during attend and hypnotic analgesia (HA) conditions at anterior frontal (Fp1, Fp2), midfrontal (F3, F4), central (C3, C4), and parietal (P3, P4) regions. During HA, hypothesized inhibitory processing was evidenced by enhanced N140 in the anterior frontal region and by a prestimulus positive-ongoing contingent cortical potential at Fp1 only. During HA, decreased spatiotemporal perception was evidenced by reduced amplitudes of P200 (bilateral midfrontal and central, and left parietal) and P300 (right midfrontal and central). HA led to highly significant mean reductions in perceived sensory pain and distress. HA is an active process that requires inhibitory effort, dissociated from conscious awareness, where the anterior frontal cortex participates in a topographically specific inhibitory feedback circuit that cooperates in the allocation of thalamocortical activities. In Part 2, the authors document the development of self-efficacy through the successful transfer by participants of newly learned skills of experimental pain reduction to reduction of their own chronic pain. Over three experimental sessions, participants reported chronic pain reduction, increased psychological well-being, and increased sleep quality. The development of "neurosignatures of pain" can influence subsequent pain experiences (Coderre, Katz, Vaccarino, & Melzack, 1993; Melzack, 1993) and may be expanded in size and easily reactivated (Flor & Birbaumer, 1994; Melzack, 1991, 1993). Therefore, hypnosis and other psychological interventions need to be introduced early as adjuncts in medical treatments for onset pain before the development of chronic pain.

Traduction de quelques phrases de ce texte:

L'analgésie par l'hypnose
Participants: 15 adultes ayant une lombalgie chronique depuis une moyenne de 4 ans, âgés de 18 à 43 ans. Tous, sauf un, étaient susceptibles d'être hypnotisés de modérément à profondément (...) Après 3 sessions expérimentales, les participants ont constaté une réduction de leur douleur chronique, une augmentation du bien-être psychologique et une meilleure quaité de sommeil. (...) L'hypnose aurait besoin d'être adjointe très tôt au traitement médical, avant que la douleur ne devienne chronique.

Retour haut de page

  

Cryothérapie (thérapie par le froid)

Résumé d'article provenant de Medline.

Rehabilitation (Stuttg). 2000 Apr;39(2):93-100. Related Articles, Links
[Whole-body cryotherapy in rehabilitation of patients with rheumatoid diseases--pilot study]
[Article in German]
Metzger D, Zwingmann C, Protz W, Jackel WH.
Hochrhein-Institut fur Rehabilitationsforschung, Department fur Epidemiologie und Sozialmedizin, Bad Sackingen.

 Cryotherapy as a whole-body cold therapy (with cold air cooled by addition of nitrogen blown on the patients in an open cabin) for treatment of inflammatory rheumatic diseases already started in Bad Sackingen in 1986. In 1996, a new cold chamber (this time a closed chamber without any addition of nitrogen) based on compressor technology was introduced. The aim of our study was to test whether significant pain relief could be achieved by means of this cold therapy. Furthermore, we were interested in the practicability and acceptance of this new technique. Wellbeing during the treatment application and pain level were assessed using verbal and numerical rating scales. The sample consisted of 120 consecutive patients (75% women, age: 30-67 yrs, M = 52.6 yrs). These patients were suffering from primary fibromyalgia (40.7%), rheumatoid arthritis (17.3%), chronic low back pain (16.4%), ankylosing spondylitis (10.9%), osteoarthritis (9.1%), secondary fibromyalgia (3.6%) and other autoimmune diseases (1.8%) (mean duration of symptoms: 4 yrs). The patients were treated 2.5 minutes on average in the main chamber (mean temperature: -105 degrees C). The patients' statements concerning their pain level were analyzed by means of analyses of variance with repeated measures and paired-sample t-tests. RESULTS: The pain level after application of the cold therapy decreases significantly. The pain reduction lasts about 90 minutes. The initial pain level decreases during the whole time of treatment, no significant improvement, though, can be shown from the middle to the end of the four-weeks treatment. According to the results of our study, there is evidence that the whole-body cold therapy generates important short-term effects and somewhat weaker effects over the treatment period as a whole. Short-term pain reduction facilitates intensive application of physiotherapy and Occupational Therapy. The treatment procedure is practicable, and all in all well tolerated. From the patients' point of view, whole-body cold therapy is an essential part of the rehabilitation programme.

 

PMID: 10832164 [PubMed - indexed for MEDLINE]

   


Fermeté du matelas: son effet sur la douleur lombaire

Résumé d'article provenant de Medline

Lancet, 2003 Nov 15

Effect of firmness of mattress on chronic non-specific low-back pain: randomised, double-blind, controlled, multicentre trial.

Kovacs FM, Abraira V, Pena A, Martin-Rodriguez JG, Sanchez-Vera M, Ferrer E, Ruano D, Guillen P, Gestoso M, Muriel A, Zamora J, Gil del Real MT, Mufraggi N.

Scientific Department, Kovacs Foundation, Palma de Mallorca, Spain. kovacs@kovacs.org

BACKGROUND: A firm mattress is commonly believed to be beneficial for low-back pain, although evidence supporting this recommendation is lacking. We assessed the effect of different firmnesses of mattresses on the clinical course of patients with chronic non-specific low-back pain. METHODS: In a randomised, double-blind, controlled, multicentre trial, we assessed 313 adults who had chronic non-specific low-back pain, but no referred pain, who complained of backache while lying in bed and on rising. Mattress firmness is rated on a scale developed by the European Committee for Standardisation. The H(s) scale starts at 1.0 (firmest) and stops at 10.0 (softest). We randomly assigned participants firm mattresses (H(s)=2.3) or medium-firm mattresses (H(s)=5.6). We did clinical assessments at baseline and at 90 days. Primary endpoints were improvements in pain while lying in bed, pain on rising, and disability. FINDINGS: At 90 days, patients with medium-firm mattresses had better outcomes for pain in bed (odds ratio 2.36 [95% CI 1.13-4.93]), pain on rising (1.93 [0.97-3.86]), and disability (2.10 [1.24-3.56]) than did patients with firm mattresses. Throughout the study period, patients with medium-firm mattresses also had less daytime low-back pain (p=0.059), pain while lying in bed (p=0.064), and pain on rising (p=0.008) than did patients with firm mattresses. INTERPRETATION: A mattress of medium firmness improves pain and disability among patients with chronic non-specific low-back pain.

 

 


Bibliographie

 

VIBES (Jean).- Guide de la douleur. Le syndrome douloureux chronique.- Paris, Ed. ESTEM, 2001.- 518p. [27,44 euros]
Ecrit par un médecin, cet ouvrage est destiné aux médecins. Très complet, il peut intéresser aussi les malades.
Le chapitre 21 est consacré aux rachialgies (= douleurs de la colonne vertébrale). Le problème de la lombalgie chronique est évoqué à partir de la page 333. Tous les traitements sont envisagés, y compris le traitement chirurgical, qui, de l'avis du Dr Vibes, ne peut constituer une solution au problème de la douleur lombaire chronique. Ses arguments sont très convaincants.

 

Je ne citerai pas ici d'ouvrages sur le mal de dos. Vous trouverez tout au long du texte de mon site les références des ouvrages que j'ai moi-même consultés. Il s'agit le plus souvent de textes destinés aux médecins plutôt qu'aux malades. Mais les ouvrages de vulgarisation médicale n'évoquent jamais les cas de lombalgies chroniques sévères. Le vocabulaire médical, qui peut rebuter au début, est, en fait ,facile à assimiler. Il existe de nombreux dictionnaires de termes médicaux. J'utilise celui-ci:
GARNIER (Marcel). DELAMARE (Valéry).- Dictionnaire des termes techniques de médecine - Maloine.

Les Sites indiqués ci-après vous apporteront également de précieux renseignemens sur la lombalgie chronique.


Sites (Liens Internet)

 

 Sites sur la lombalgie chronique:

HAS-SANTE
http://www.has-sante.fr
Ce site est celui de la haute Autorité en santé (HAS)
La recherche avec le mot-clé "lombalgie chronique"donne 68 références en février 2007. Parmi elles, vous trouverez 3 rapports que l'ANAES (Agence Nationale d'Accréditation et d'Evaluation en Santé) a consacrés au diagnostic et aux divers traitements de la lombalgie chronique, traitements médicaux et chirurgicaux.
Si la longueur de ces rapports vous décourage, la lecture des résumés en fin de chapitre, ainsi que celle des tableaux, vous donnera un sérieux éclairage du sujet.

Chirurgie endoscopique du Rachis - JC Le Huec, JL Husson
http://www.maitrise-orthop.com/corpusmaitri/orthopaedic/mo81_huec_husson/texte_vf.shtml

CHU de Rouen
http://www.chu-rouen.fr/ssf/pathol/lombalgie.html
Liens avec des sites médicaux consacrés à la lombalgie

Ecole du dos - Québec
http://ecoledudos.uqat.uquebec.ca/
Pour se connecter au groupe de discussion entre lombalgiques, cliquer sur "clinique interactive" puis sur "groupe de discussion".

GILL - Groupe interdisciplinaire de lutte contre les lombalgies
http://www-sante.ujf-grenoble.fr/SANTE/rhumato/GILL/GILL.htm

Lombalgies Chroniques. Epidémiologie. (Section Rachis de la SFR) - J.-P. Valat
http://www.med.univ-rennes1.fr/section_rachis/fcrhon1.htm

Lombalgie
http://www.lombalgie.fr
Les informations médicales de ce site ont été rédigées par le docteur Morel Fatio, spécialiste en médecine physique et algologue. Nombreux témoignages de malades, et vous avez vous-même la possibilité de témoigner.

Les rhumatismes en 100 questions
http://www.rhumatismes.net
Site créé par le pôle ostéo-articulaire de l'hôpital Cochin à Paris. Concerne les lombalgies, l'arthrose, l'ostéoporose, etc. Apporte des réponses fiables sur tous ces thèmes

 AFLAR
http://www.aflar.org
L'Aflar (Association française de lutte antirhumatismale) a mis en place un accueil "les rhumatismes" (08 10 42 02 42), tarif local, pour une écoute attentive des personnes concernées par une pathologie rhumatologique: lombalgie, arthrose, ostéoporose, etc.

 

Site sur la douleur

Association Internationale Ensemble contre la Douleur
http://www.againstpain.org
Propose des liens avec des sites, en français, sur la douleur.

 

Témoignages:

http://www.angelfire.com/fl3/monjournal/temoignage
Vous aimerez cette jeune québecoise, et parce que vous l'aimerez, vous ne pourrez que partager sa souffrance. Et ses rires aussi.  

http://perso.infonie.fr/mozbach
Un témoignage dont vous ne sortirez pas indemne. A lire par tous, et en particulier par les médecins qui trop souvent, minimisent la douleur de leurs patients et ses effets dévastateurs sur leur vie.

 

Sites généralistes:  

Docteur Clic
http://www.docteurclic.com
Site accrédité par la Haute Autorité de Santé. Donne la possibilité de dialoguer avec un médecin, en direct à certaines heures, ou en différé.

Medisite
http://www.medisite.fr

Ce site généraliste a été conçu par des professionnels de la santé et ouvre des pages au grand public.
Informations sûres, annuaires et services.
Dans Medisite, un article succinct sur la lombalgie vous donnera la définition de termes techniques tels que: saccoradiculographie, nucléolyse, nucléotomie, scanner, IRM, lombostat, etc.

BIUM
Bibliothèque InterUniversitaire de Médecine
http://www.bium.univ-paris5.fr/medecine/debut.htm
Pour les étudiants en médecine et les futurs rhumatologues en quête d'aide lors de la rédaction de leurs thèses et mémoires.

British Medical journal
http://www.bmj.com/
Le site de la revue anglaise The British Medical Journal permet d'accéder à de nombreux articles (en anglais). Cliquer sur "search/archive". Dans la case "words in title or abstract" entrer: "chronic low back pain".

ATOUTE
http://www.atoute.org/medecine.htm
Ce site se propose d'aider à la recherche de toute information touchant au domaine de la santé, de la médecine ou des médicaments.
Vous y trouverez aussi la façon d'accéder à des groupes de discussion ainsi qu'un forum et une sélection de documents médicaux en langue française.

 

Humour noir:

Arthrodèse lombaire versus oenothérapie dans la lombalgie chronique, par S. Jacquot, P.Garçon, G.Saillant
http://www.maitrise-orthop.com/corpusmaitri/orthopaedic/100_oeno/oeno.shtml
J'ai lu et fait lire ce gag en 2002. Des réactions scandalisées - "On n'a pas le droit de rire de tout, il y a trop de souffrances derrière l'échec du traitement de la lombalgie chronique pour que des chirurgiens puissent plaisanter sur ce sujet" - m'ont amenée à laisser ce texte de côté.
Deux ans après, je le relis et change d'avis. Ce gag, toujours valable, et c'est bien dommage, en dit long, en effet, sur la qualité des traitements proposés dans la lombalgie chronique et sur l'état de la recherche scientifique qui lui est consacrée.
Jeu de massacre tous azimuts, parodie décapante: c'est une autre manière de dénoncer ce que dénoncent les très sérieux rapports de l'ANAES cités plus haut.

 

Pour être épaulé:

Dixième famille
http://www.dixiemefamille.com
Neuf familles se regroupent pour venir en aide à une autre famille ou à une personne isolée.

- FNATH - Association des Accidentés de la Vie
Comme son nom l'indique, cette association vient en aide à tous les accidentés de la vie - malades, invalides, handicapés. Vous pouvez y avoir recours.
http://www.fnath.org

 

 

 


Retour haut de page